Actions prévues:




Dépistage des maladies rénales 2018

Liens vers nos amis

FNAIR

France-ADOT

Agence biomédecine

EFS

mardi 6 mars

Hôpital privé de Plérin

jeudi 8mars

Hôpital de Lannion

mardi 13 mars

Hôpital se Saint-Brieuc

jeudi 15 mars

Hôpital de Lamballe

vendredi  16 mars

Hôpital de Guingamp

mardi 20 mars

Hôpital de Paimpol

jeudi 22 mars

Clinique du Tégor Lannion

vendredi 23 mars

Hôpital de Dinan

Vu dans la presse

Lannion










 Reins. « Un dépistage précoce, c'est mieux »

Publié le 09 mars 2018 Marion Grénès

Yvon (ici à gauche) vient s'informer sur un traitement de suppléance auprès des bénévoles de l'association.















C'est la semaine nationale du dépistage des maladies du rein. L'occasion de rappeler qu'« un Français sur dix est concerné », comme l'explique Pierre Rault, président de l'association France Rein 22. Ce jeudi, une séance de dépistage était organisée à l'hôpital.

« Êtes-vous certain que vous ne souffrez pas d'une maladie rénale ? ». Dans le hall de l'hôpital, une équipe de bénévoles de l'association France Rein 22 propose aux patients et visiteurs un dépistage « gratuit et rapide ».

« Un examen simple »

« L'association des insuffisants rénaux compte, dans le département, 60 adhérents toutes générations confondues. Nous sommes ici pour vérifier le bon fonctionnement rénal des volontaires : on questionne sur le poids, la taille, l'âge, les antécédents familiaux. Puis on recherche la présence de protéines dans les urines après un examen simple sur bandelette urinaire. Sans oublier la prise de tension. Le diagnostic précoce d'une insuffisance rénale, c'est mieux et ça peut tout changer », rappelle Pierre Rault, président de l'association France Rein 22.

Il y a vingt-trois ans, cet agriculteur « encore en activité » avait bénéficié d'une greffe. « Mes deux reins étaient atrophiés. Ils n'assuraient plus leurs fonctions vitales. J'ai tout d'abord reçu un traitement de suppléance, une dialyse. Puis l'inévitable est arrivé. Un don anonyme m'a sauvé la vie. Depuis, je vis bien avec un seul rein. Cette association, c'est un peu le combat de ma vie », concède-t-il.

« Une maladie silencieuse »

Un Français sur dix est aujourd'hui atteint d'une pathologie en lien avec cet organe. « L'insuffisance rénale est souvent une maladie silencieuse et insidieuse. Elle ne se manifeste par aucun symptôme. Cela peut durer plusieurs années ». Parfois, il est trop tard pour agir. « Aujourd'hui, près de 90.000 personnes sont en traitement de suppléance en France. Mille patients décèdent chaque année, faute de greffe. C'est aussi la raison de notre venue : informer les patients si le test n'est pas bon ». Une prise en charge rapide est alors nécessaire. Une hypertension artérielle comme la présence de sang dans les urines peuvent être autant de signes qui doivent alerter. Les femmes sont davantage touchées que les hommes car elles souffrent « d'infections urinaires à répétition ». Mais elles ne sont pas les seules : diabétiques, hypertendus, en surpoids, fumeurs, personne n'est à l'abri », insiste Pierre Rault. Tout en déplorant que « cette initiative nationale ne sensibilise pas les plus jeunes ». À 20 ans, 30 ans, « on pense que l'insuffisance rénale, c'est une maladie de vieux. Mais ce n'est pas vrai ». © Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/lannion/reins-un-depistage-precoce-c-est-mieux-09-03-2018-11879817.php#2MAfOqC6uViKJk44.99

Plérin    

Vidéo FR3


 Saint-Brieuc. Un dépistage gratuit des maladies du rein








Selon l'organisation mondiale de la santé, un français sur dix est concerné par une maladie rénale. Ces personnes ont les reins malades et l’ignorent.

Les maladies du rein évoluent sans symptômes pendant plusieurs années. D’où l’importance d’un dépistage précoce.

Les maladies du rein progressent de façon constante. Les associations de malades insuffisants rénaux mobilisent pour que les dépistages soient efficaces car beaucoup de personnes souffrent de ces maladies sans le savoir.

La Semaine du rein offre la possibilité de se tester, anonymement et gratuitement, sur une bandelette urinaire.

C’est pourquoi l’hôpital privé des Côtes-d’Armor (HPCA) de Plérin participe à ces actions ce mardi 6 mars. Les patients, leurs accompagnateurs et le public peuvent participer aux opérations de dépistage des maladies du rein. Des tests gratuits sur des bandelettes urinaires seront mis à disposition.

Par Ouest-France Modifié le 05/03/2018 à 15h05


Plérin 175 dépistages réalisés

 Lamballe

 Lamballe. Un dépistage des maladies rénales prévu le 15 mars









François Quintin et Françoise Huet (2e et 1re à gauche), responsable à l’association France  Rein 22 et directrice des soins de l’hôpital CH2P. | Ouest-France

Depuis plus de quinze ans, le centre hospitalier du Penthièvre et du Poudouvre (CH2P) répond favorablement à la sollicitation de l’Association des insuffisants rénaux des Côtes-d’Armor, rassemblés dans la nouvelle structure France Rein 22, afin de mettre en place une journée de dépistage des maladies rénales.

Depuis plus de quinze ans, le centre hospitalier du Penthièvre et du Poudouvre (CH2P) répond favorablement à la sollicitation de l’Association des insuffisants rénaux des Côtes-d’Armor, rassemblés dans la nouvelle structure France Rein 22, afin de mettre en place une journée de dépistage des maladies rénales.

« Nous sommes dans une démarche volontaire de santé publique, de proximité et en lien avec le parcours de santé de tous les usagers du territoire », appuie Françoise Huet, directrice des soins au CH2P.

La journée de dépistage sera menée jeudi 15 mars, « toujours un jour de marché, confirme François Quintin pour France Rein 22, afin de toucher un maximum de personnes, comme les 75 venues l’an dernier ».

Des pathologies silencieuses

L’opération, menée de manière gratuite et anonyme, s’effectue en quelques minutes : dépistage par test urinaire simple d’anomalie rénale ou de diabète, prise de tension, et entretien avec l’un des cinq professionnels de santé mobilisés. « Conseils et prévention anticipent la prise en charge de ces pathologies silencieuses », conclut François Quintin.

Jeudi 15 mars, journée de dépistage des maladies rénales, au pavillon Jobert de l’hôpital de Lamballe. Sans rendez-vous, de 9 h à 17 h.

Hôpital de Lannion 101 dépistages réalisés